Opérations d'écopâturage


Taille de la police

La communauté de communes de la vallée de Chamonix et la commune de Chamonix ont passé une convention avec Thomas Scott afin qu’il réalise, avec ses animaux, de l'écopâturage sur plusieurs parcelles du territoire. En 2021, un travail actif est réalisé notamment au désert blanc, dans le bois du Bouchet, dans les lacets du belvédère, aux abords du centre sportif, dans la zone Arveyron, dans le secteur des pistes de fond Les Sources et La Norvège, dans la clairière des Bossons, au rocher des Gaillands et autour des serres des Tines…

L’écopâturage se définit comme une méthode alternative et/ou complémentaire à l'entretien mécanique des espaces enherbés. Les animaux, moutons et chèvres, remplacent les tondeuses et les débroussailleuses. Il présente une fonction écologique certaine liée à la conservation de la biodiversité sauvage et domestique et à la lutte contre les pollutions induites par l’utilisation d'engins mécaniques.

Thomas Scott occupe depuis quelques mois le bâtiment dénommé «bergerie Frosio» dans le secteur des Bois, par convention avec la mairie de Chamonix, propriétaire du lieu.

Originaire d’Ecosse où il a grandi et travaillé dans une ferme, Thomas Scott est installé dans la vallée de Chamonix, avec sa femme australienne, depuis 2003. Dans un premier temps charpentier et menuisier -mais déjà avec quelques moutons dans son jardin pour désherber-, il va désormais se consacrer complètement à l’élevage. L’été, ses 160 moutons sont en alpage à la Pendant et à Lognan, où il a également pris en pension un troupeau de 400 moutons. L’hiver, les bêtes sont aux Houches et à Passy. Huit chèvres et une vingtaine de moutons occupent la bergerie aux Bois accompagnés par des poules et des pintades.

Thomas espère avoir bientôt 400 moutons. Il pourra alors vivre de la vente des agneaux. En complément, il fabriquera du fromage de chèvre, après avoir appris avec Jérôme Garcin, éleveur aux Houches.